Elle retrouve sa mère biologique 26 ans plus tard grâce à la COVID-19

La COVID-19 a eu du bon pour cette Québécoise d’origine taïwanaise

JOËL LEMAYLa Québécoise d’origine taïwanaise Jade Fournier tient le portrait de sa mère biologique. Elle est séparée de celle-ci depuis sa naissance en Asie, il y a 26 ans. 

Une lettre lancée comme une bouteille à la mer en raison de la pandémie a permis à une fille et à sa maman biologique de se retrouver «par miracle» après 26 ans, malgré les 12 100 km qui les séparent.

• À lire aussi: Un test d’ADN lui apprend qu’il a une fille en Australie

«Au début, j’ai eu vraiment peur et je croyais que c’était une arnaque. Mais non, je retrouve finalement ma mère à l’âge de 26 ans. C’est un miracle, ce qui m’arrive. Je n’en reviens toujours pas», lance Jade Fournier, sourire aux lèvres. 

Mme Fournier a été adoptée par des parents québécois à l’âge de 6 mois. Depuis, elle n’a plus jamais remis les pieds dans son pays d’origine: Taïwan. 

L’été dernier, elle a reçu un coup de téléphone qui a changé complètement sa vie. Le Secrétariat à l’adoption internationale (SAI) a informé la Montréalaise que sa mère tentait de la retrouver.

  • Écoutez l’entrevue de Jade Fournier au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

https://omny.fm/shows/richard-martineau/elle-retrouve-sa-m-re-biologique-26-ans-gr-ce-la-p/embed

L’URGENCE DE LA PANDÉMIE

«Ils m’ont dit qu’elle voulait me parler pour voir si j’allais bien avec la pandémie. J’ai pris du temps pour y penser. On m’a lu sa lettre au téléphone. Je l’ai relue avec mes parents ici. Tout le monde pleurait et était content pour moi», relate Jade Fournier.

«Dès la première lettre, elle m’a dit qu’elle ne m’a jamais oubliée et qu’elle pense toujours à moi, poursuit-elle. C’est vraiment l’élément qui a fait en sorte que j’ai voulu communiquer avec elle.»

Sa mère biologique a d’abord contacté l’agence d’adoption où elle avait placé sa fille, il y a 26 ans. Le SAI a ensuite joué le rôle d’intermédiaire entre l’agence à Taïwan et la jeune femme au Québec. Le Secrétariat traduit aussi les lettres du mandarin vers l’anglais, et vice-versa.

«J’ai jamais osé lui écrire. J’étais convaincue qu’elle avait refait sa vie et qu’elle ne voudrait pas me donner de nouvelles. Mais j’ai appris qu’elle a d’autres enfants et qu’elle leur a parlé de moi. Ils m’ont même demandé dans une lettre s’ils pouvaient m’appeler “grande sœur”», confie Jade.

LA GRANDE RENCONTRE

La Québécoise et sa mère biologique correspondent désormais, mais elles rêvent surtout de se retrouver. Le conjoint de Jade Fournier et ses amis lui ont même lancé une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFundMe pour préparer cette grande aventure.

«Il y a beaucoup de coûts associés à ce voyage. Je vais avoir besoin d’un interprète parce que je ne parle pas mandarin. Les billets d’avion sont très chers aussi. Je prévois aussi un budget pour du soutien psychologique avant et après les retrouvailles», détaille-t-elle. 

Mme Fournier précise aussi que les retrouvailles en Asie avec sa famille biologique auront lieu lorsque la situation sanitaire lui permettra de voyager. 

«J’ai vraiment besoin de voir ma famille biologique et l’orphelinat où j’ai grandi. J’ai tellement de questions, et j’ai besoin de réponses. Je veux surtout remercier tous ces gens. Ce voyage va me permettre de rassembler tous les morceaux d’un casse-tête que j’essaie de mettre ensemble», conclut la jeune femme. 


FRANCIS PILON
 Mardi, 20 avril 2021 Journal de Montréal

Catégories :Adoption

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s