Des retrouvailles très attendues

La pandémie empêche un homme de rencontrer pour la première fois des membres de sa famille biologique

 

Capture Damien

Les demi-frères Daniel Gauthier et Damien Massey se sont rencontrés dans les rues du Vieux-Québec le 25 février dernier.

 

Un homme de 71 ans qui a été adopté a une raison bien spéciale d’espérer la fin du confinement : il a hâte de rencontrer des membres de sa famille biologique récemment retrouvés.

« Il ne faut mettre personne en danger [en raison de la pandémie de COVID-19], alors il est préférable d’attendre avant de les rencontrer, mais j’ai très hâte d’en connaître plus sur l’histoire de ma famille biologique », s’emballe Damien Massey.

Le septuagénaire tentait de retracer sa famille biologique depuis 1995. Il avait auparavant découvert que sa mère et son père étaient décédés respectivement en 1952 et 1984.

« Je me suis toujours demandé si j’avais des frères et des sœurs quelque part », dit celui dont les parents adoptifs ne lui ont jamais caché son passé.

Avec la loi 113, qui est entrée en vigueur en juin 2018 et qui permet à la majorité des enfants adoptés de connaître leur identité d’origine, M. Massey a appris au cours des derniers mois qu’il avait deux demi-frères et demi-sœurs du côté paternel et deux autres demi-frères du côté maternel.

Une tante de 91 ans

Il a également retrouvé la sœur de sa mère biologique, une tante de 91 ans qui demeure à Sainte-Thérèse, sur la Rive-Nord de Montréal. Ils se sont parlé au téléphone à la fin avril.

Il est fébrile à l’idée de la rencontrer puisqu’elle pourra lui parler de sa mère.

« Elle était très étonnée de mon appel, mais elle était contente d’avoir des nouvelles de son neveu puisqu’elle connaissait mon existence », raconte le résident de Richelieu, en Montérégie.

Étant donné l’âge avancé de sa tante, la conversation a été légèrement ardue.

« J’ai hâte qu’elle me parle de ma mère et j’aurai enfin des réponses aux questions que je me pose depuis tant d’années », ajoute-t-il avec enthousiasme.

« Pas de temps à perdre »

M. Massey a vu l’un de ses demi-frères, Daniel Gauthier, en février, soit quelques semaines avant que le Québec soit en confinement.

« La rencontre a été formidable et ça vite cliqué entre nous deux. C’était comme si on ne s’était jamais perdu de vue », évoque-t-il.

Ayant lui aussi été adopté, M. Gauthier était également à la recherche de ses origines depuis 1996.

« J’avais le motton dans la gorge et je me demandais si c’était vrai, confie avec émotion l’homme de 73 ans. À notre âge, on n’a plus de temps à perdre et ça été une grande satisfaction de connaître enfin un membre de ma famille biologique. »

Un demi-frère ne savait pas

Lorsque la pandémie sera chose du passé, M. Massey a bien l’intention de voir les autres membres de sa famille retrouvée.

« Je ne sais pas comment ça va se passer, mais j’ai bien hâte de faire sa connaissance en personne », laisse entendre un autre demi-frère, Denis Lafleur, qui ignorait jusqu’à récemment l’existence de M. Massey, car son père ne lui en avait pas parlé.

« C’est spécial d’apprendre à 57 ans que tu as un demi-frère », ajoute avec humour celui qui demeure dans l’arrondissement de Chicoutimi, à Saguenay.

Catégories :Adoption

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s