Au Japon, la tendance est à l’adoption d’adultes

Au Japon, la tendance est à l’adoption… d’adultes

 

Repéré par — 8 mars 2018 à 14h20 — mis à jour le 8 mars 2018 à 16h03

Au Japon, 98% des personnes adoptées sont des hommes entre vingt et trente ans…

Le Japon bouleverse les codes de l’adoption: 98% des personnes adoptées ne sont pas des enfants… mais des hommes adultes. Pourquoi? Parce que le taux de natalité est au plus bas et que beaucoup de familles sont sans enfant. Résultat: la plupart des entreprises familiales finissent par disparaître.

Pour perpétuer l’activité, la solution envisagée par beaucoup est donc d’adopter un fils afin de garder le business dans la famille. Légale et acceptée dans la société japonaise, cette pratique ancestrale revient à la mode.

En 2011, 81.000 adoptions juridiques et domestiques ont eu lieu. Et 98% de ces adoptions étaient ce qu’on appelle des yōshi-engumi –des adoptions pour acquérir un héritier.

En échange de l’adoption, les parents biologiques reçoivent des cadeaux et de l’argent –jusqu’à plusieurs millions de yen.

Le patriarcat au cœur de la société japonaise

Kongō Gumi était l’entreprise la plus ancienne du monde. Une affaire familiale spécialisée dans la construction de temples, qui a subsisté pendant 1.400 ans (578-2006) avant de déposer le bilan en 2006 et d’être rachetée par Takamatsu Corporation –un groupe de construction. La société Kongō Gumi fait partie des Hénokiens: une association qui réunit des entreprises familiales d’au moins 200 ans.

Le patriarcat est profondément ancré dans la société japonaise: avant la Seconde Guerre mondiale, le code civil japonais décrétait que la fortune familiale se transmettait du père au fils aîné. Pour les familles sans enfant ou ayant seulement une fille, l’adoption d’un héritier est privilégiée. Même si aujourd’hui le code civil a changé, il est difficile de se défaire des traditions patriarcales, surtout que les problèmes démographiques subsistent au Japon.

Adopteunhéritier.com

Les mariages arrangés sont également fréquents. Ils incarnent une autre forme d’adoption: le mukoyōshi –ou gendre adopté. Ce dernier devient donc fils et beau-fils en même temps. Il prend le nom de sa femme au moment du mariage.

 Des sociétés expertes en matchmaking proposent leurs services à des entreprises afin de les aider à trouver un héritier ou un beau-fils à adopter. Le plus souvent, les grandes entreprises choisissent des héritiers parmi leurs meilleurs employés. L’actuel président du conglomérat familial Suzuki Motors est un des mukoyōshi les plus célèbres. Pour l’homme adopté, être choisi comme mukoyōshi est un honneur

En savoir plus:

MondeCulturejaponECONOMIEadoptiontraditionhommes

Slate.fr

Catégories :Adoption

2 réponses

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s